Propulsé par HelloAsso

#jesuisladanseetjexiste #UDanseSyndicat


L'Union Danse Syndicat souhaite la bienvenue aux danseurs et danseuses, aux professeur.e.s de danse, aux chorégraphes, aux interprètes, aux directeurs de structures etc. 

 






SUIVEZ-NOUS

Le contenu de Powr.io ne s’affiche pas du fait de vos paramètres des cookies actuels. Cliquez sur la politique d’utilisation des cookies (fonctionnels et marketing) pour accepter la politique d’utilisation des cookies de Powr.io et afficher le contenu. Pour plus d’informations, consultez la politique de confidentialité de Powr.io.

Boîte à idées

Nous vous encourageons vivement à nous soumettre vos idées et vos revendications via la page contact ou la boîte à idées ci-dessous !

Commentaires: 14
  • #14

    Marie-Hélène Gaume (lundi, 22 février 2021 09:32)

    Bonjour,

    Même si j'ai la chance d'être salariée, je soutiens tout le monde de la danse en cette période si compliquée.
    Un très grand merci pour la création de ce syndicat qui unit toutes les formes et pratiques de danse.
    Bravo et courage à tous!
    Marie-Hélène.

  • #13

    Isabelle Broussy (vendredi, 19 février 2021 06:46)

    Bonjour,
    Je viens d'adhérer et je peux vous apporter de l'aide.
    J'ai pas mal d'expérience dans la gestion d'entreprise autre qu'une école de danse.Ce qui signifie que j'ai plus de facilité à interagir avec les organismes officiels comme le fisc par rapport à de jeunes professeurs non-ageris (j'ai déjà aidé certains quand à l'aspect juridique).
    Mon école se trouve en Savoie.
    Mon portable :
    07 85 71 36 13

  • #12

    ASSO CREA DANSE (samedi, 30 janvier 2021 06:35)

    Bonjour,
    Je suis ravie de participer à votre évenement du 31 janvier. Merci pour cette initiative.
    A demain
    Isabelle

  • #11

    Delphine (jeudi, 07 janvier 2021 15:08)

    Bonjour,
    Je me demandais si vous avez déjà penser à aborder les pb de harcèlement ou violence dans le monde de la danse, entre danseurs et/ou chorégraphes?
    Merci!

  • #10

    Brigitte Tissier (mardi, 29 décembre 2020 03:41)

    De tout cœur avec vous & prête à vous accompagner pour toute communication

  • #9

    Kambod (lundi, 21 décembre 2020 17:20)

    Bonjour à Tous,
    Le droit au travail est l'un des droits de l'homme proclamé à l'article 23 de la Déclaration des Nations unies de 1948 : « Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. »
    L’activité laborieuse est indispensable pour vivre. À quelques exceptions près, l’homme doit travailler pour satisfaire ses besoins matériels. Le travail est donc, au moins, un droit indirect dans la mesure où nul ne peut contester le droit à une vie d’homme libre que seul permet le travail.
    Le travail fait partie des «droits de l’homme».
    La danse est travail comme un autre et doit s'exercer donc.
    Cordialement et avec toute la belle énergie de la danse.
    Kambod

  • #8

    Véronique Abat (samedi, 19 décembre 2020 09:10)

    Oui il faut défendre la danse dans le cadre de la situation sanitaire actuelle, mais il y a également des problèmes de fond qui ne sont jamais abordés. Comme la politique des CDC et CDCN qui laisse de coté une majorité de compagnies ; Si un - e chorégraphe n'a pas fait en amont une formation dans un de ces centres de développement chorégraphique, il n'aura pratiquement aucune chance d'entrer dans le réseau de programmation très fermé de ces structures. Ces centres n'ont pour ainsi dire aucune considération pour le travail des compagnies chorégraphiques locales et ne proposent rien pour les soutenir. Les portes des théâtres seront d'autant plus fermées si vous n'appartenez pas à ce réseau et très peu de possibilités d'avoir une visibilité. Ce réseau est piloté par la Ministère et les DRACS et les mairies leur laisse plein pouvoir. La politique culturelle de ces CDC et CNDC est obsolète et c'est le Ministère que j'appelle "Versailles " ou "Le Roi Soleil" qui décide quelle sera la danse de demain. Les cies qui n'en font pas partie seront marginalisées. Et ce problème n'est pas récent, il dure depuis les années 80. Certains - nes chorégraphes ( Mathilde Monnier a Montpellier ou Gallotta a Grenole....) sont restés plus de 20 ans à la tête de leur fiefs CDCN, alors qu'au départ il était question de faire un roulement tous les 3 ans...Si ces centres qui reçoivent des subventions importantes continuent d exister, leur missions doivent être complètement reconsidérée. La danse, dans les villes, les campagnes , les départements et les régions a besoin de médiateurs et non pas d'une autorité obsolète et autocrate. Beaucoup de danseurs pensent la même chose, mais dénoncer ces problèmes, peut couter très cher et c'est alors la crainte qui règne en maitre. Merci d'avance pour votre considération. Solidairement. Véronique Abat.

  • #7

    El allouny (vendredi, 11 décembre 2020 14:59)

    Je serai là

  • #6

    Rastoll (vendredi, 11 décembre 2020 11:33)

    Bingo!!!
    La danse trad ou folk n'est jamais citée en tant que telle et toujours invisibilisée ou la petite dernière dans les listes, elle ne pèse pas lourd et sa masse amateur est plus importante que celle professionnelle et oui... dommage en effet...

  • #5

    geraldine germani (mercredi, 09 décembre 2020 07:29)

    créer des chorégraphies et danser sur les lieux de marché

  • #4

    Martine Savary (mercredi, 09 décembre 2020 06:44)

    mail envoyé par notre professeur de danse à la Fédération Française de Danse, le jeudi 5 novembre

    Bonjour,

    Nous allons de dérogations en dérogations.

    Hier les politiques permettaient aux scolaires, aux sportifs de haut niveau, aux handicapés...de faire du sport, on ré-ouvrait les gymnases, les piscines, les salles de sport...pour ces publics prioritaires.

    On a semé le doute en marquant dans les textes les mots « activités périscolaires », mes élèves n’y comprenaient plus rien, lundi toute la journée le téléphone sonnait continuellement. Je leur expliquait la différence entre extrascolaires et périscolaires. Les parents venaient de comprendre pour eux métro-boulot-dodo, pour leurs enfants métro-école-dodo. Où sont passés les loisirs, ceux qui permettent d’accepter le quotidien, morose ces derniers temps. La Covid-19 a bon dos.

    Aujourd’hui, ce sont les chasseurs qui vont pouvoir aller chasser, les élèves en STAPS vont aller faire du sport, sans masque (ce sont des travaux pratiques, disent les directeurs d’universités). Les étudiants d'universités par des détournements de texte vont tous, petit à petit, revenir dans les facultés.

    Que sommes-nous pour tous ces politiques, des personnes irresponsables, incapables de faire respecter des gestes barrières ? Qu’allons nous devenir vous fédérations et nous professeurs de danse…Et les professeurs de musique sont dans le même bateau...on ré-ouvre les conservatoires pour les CHAM (quand on sait qu’une faible proportion d’entre eux ne feront plus de musique quand ils seront passés en 3ème).

    J’en appelle à votre réflexion, sauvons-nous tant qu’il est encore temps. Faisons comme les petits commerces, réclamons l’arrêt de toutes ces dérogations. Ce service public est déloyal envers nous professionnels. On fait du sport et de la musique partout. L’école doit s’en tenir à enseigner la lecture, l’écriture et les mathématiques...les fondamentaux...elle ne peut pas proposer du sport et des divertissements quand les acteurs sur le terrain meurent à petit feu.

    À l’égale des petits commerçants, battons-nous.

    Merci de votre attention. Faites ce que vous voulez de ce mail. Sachez que la colère monte, nous ne prenons pas notre arrêt comme des vacances forcées.

    Cordialement

  • #3

    JESSICA FERNANDEZ (dimanche, 06 décembre 2020 15:03)

    Bonjour,
    je ne suis pas sûre de pouvoir monter à Paris pour le rassemblement du 12/12.
    En revanche, si vous le souhaitez je peux proposer que mon école soit lieu de collecte de chaussons sur Montpellier et sa région. Et ensuite faire jouer mes réseaux pour trouver quelqu'un qui monte le 12 et vous les fasse passer. Ainsi, si nous arrivions à créer une "jolie montagne" de chaussons, ça pourrait être "visuel".
    N'hésitez pas à revenir vers moi si vous souhaitez que je vous aide.
    Merci à tous pour ce que vous faites pour nous tous,
    Force et courage à vous,
    Jessica (Trans ' en danse Montpellier)

  • #2

    Drazovic (vendredi, 27 novembre 2020 14:19)

    J’ai une école de danse classique et contemporain à Marseille Et je meurs !!!!!

  • #1

    JESSICA FERNANDEZ (vendredi, 27 novembre 2020 06:06)

    Bonjour, je vous ai envoyé un mail mais m'aperçois qu'il y a un endroit dédié à cela ici. Je vous envoie donc une idée supplémentaire. Vu qu'on a le droit de faire du sport à 20 km de chez soi et 3h maintenant. Ne pourrions nous pas proposer à nos élèves (adultes) et profs de danser en alternance devant nos studios de danse, seul, tel un marathon de la danse. Avec masque bien sûr pour être dans les clous sur la voie publique. Cela ne marchera pas sur toutes les structures (comme celles qui n'ont pas de visibilité), mais des écoles comme la mienne qui sont sur un axe passant ou sur une place, cela pourrait alerter l'opinion, attirer les regards sur nous (médias) etc... Avec des pancartes ou affiches apposées sur nos vitrines pour relayer nos revendications. Je ne sais pas si c'est réalisable, si c'est une bonne idée et/ou si c'est bien en accord avec vos valeurs, mais voilà l'idée que j'ai eu. Donc je transmets, Bien à vous, Jessica pour Trans ' en danse (Montpellier)